Project Description

4. Le chemin Sacré

Abeliona - Agios Sostis – Sommet du Mont Lykaion


Ce sentier relie Abeliona au sommet du Mont Lykaion.
Dans l’Antiquité, les Arcadiens la considéraient comme une montagne sacrée, car ils croyaient que Zeus était né là. Le nom Lykaion est dérivé de l’ancienne racine de lyc (lux en latin), qui signifie lumière. Les Arcadiens ont également donne au mont Lykaion le nom Olympos, et au sommet sacré le nome Kritea et croyaient que cela expliquait le malentendu des Crétois, qui pensaient que Zeus était né en Crète (Pausanias VIII.38.2).
À ce sommet, il y a eu des activités de culte depuis le troisième millénaire BC et ont continué sans interruption jusqu’aux années hellénistiques. Pausanias mentionne l’existence d’un autel de Zeus à ce sommet et suggère qu’il pourrait y aurait des sacrifices humains (Pausanias VIII.38.7 – la recherche n’a pas confirmé cette version). Sur un plateau, au sud du sommet, il y avait le temple de Zeus. C’était plutôt une simple enceinte culte, sans caractère monumental. Aujourd’hui, dans ce lieu, il y a la petite chapelle du Profitis Ilias (prophète Ilias) d’Ano Kariotes. À l’est de l’autel, à une courte distance de la chapelle, se trouvent les bases des deux colonnes auxquelles Pausanias fait référence (VIII.38.7).
Depuis 2004, les fouilles ont été menées dans le domaine de l’autel et du temple, ainsi que dans l’espace des jeux Lykaia (le lieu où se sont déroulés les jeux de musique et de gymnastique plus anciens que les Jeux Olympiques), en collaboration avec le Bureau des Antiquités d’ Arcadie et l’Ecole américaine d’études classiques. Les fouilles ont mis en lumière des découvertes importantes qui attestent des origines anciennes des activités de culte et des luttes.
A l’initiative de l’Association Culturelle « Lykaios Zeus » d’Ano Kariotes, les jeux anciens Lykaia sont ressuscités depuis 1973. Les jeux ont lieu tous les quatre ans et en 2021 se tiendront pour la 13ème fois.
La vue depuis le sommet du Mont Lykaion est magnifique. Les trois quarts du Péloponnèse et quelques îles ioniennes apparaissent. À côté des traces de l’ancien culte de Zeus et entouré par le silence du paysage imposant, le visiteur, s’il a de la chance, peut avoir le sentiment que le lieu vibre d’une énergie rusée et mystérieuse.

Caractéristiques

6.9 km 3h 25‘ 3/5

Download GPX



Point de départ: Abeliona

Point d’arrivée: Mont Lykaion

Traverse: Abeliona, Agios Sostis, Autel de Zeus

Croisement:  5. Le Chemin du Bonheur

Description du chemin

L’itinéraire part d’Abeliona, de la « Boutique de Spyros », et se poursuit jusqu’à l’entrée du village, où se trouve la source Trani Vrisi avec ses quatre vannes (« Koubles »). De là, les marches mènent à Abeliona Retreat. Laissant derrière l’auberge, le chemin monte doucement, dans une zone de végétation mixte dense et d’ombre riche, jusqu’à ce qu’il atteigne la route goudronnée menant au village Agios Sostis. Après avoir traversé Agios Sostis, à travers des rues pavées, le chemin commence à monter sur le versant ouest du Lykaion. L’itinéraire est surtout fortement ascendant, mais le randonneur est compensé car la vue vers l’ouest, pas à pas, devient de plus en plus impressionnante.
Un peu avant la fin de la montée, nous rencontrerons la source Nerouli, dans une zone aux touffes denses de houx. Son eau fraîche coule dans une auge en bois. Ensuite, le chemin traverse un petit plateau, avec des terrasses, des aires de battage et des huttes en ruine, tandis qu’à l’arrière-plan domine, dans sa forme hémisphérique, le sommet du Mont Lykaion, le sommet sacré des Arcadiens, le lieu de naissance de Zeus.
La dernière partie de l’itinéraire suit un chemin de terre rural, jusqu’au site du temple de Zeus. À ce stade, nous verrons la chapelle du Profitis Ilias (prophète Ilias) d’ Ano Kariotes, ainsi que les bases des deux colonnes auxquelles Pausanias fait référence (VIII.38.7). A quelques dizaines des mètres au-dessus, un chemin en montée mène au sommet. Là, sur l’autel de Zeus, nous verrons les traces des fouilles effectuées ces dernières années et nous profiterons d’une vue imprenable – les trois quarts du Péloponnèse et quelques îles ioniennes sont visibles.

Sightseeing spots

ABELIONA

Construit au carrefour de trois comtés, d’Arcadie, d’Ilia et de Messénie, Abeliona est un village de montagne traditionnel entouré des forêts de châtaigniers et d’innombrables sources naturelles. Des rues pavées et de vieilles maisons en pierre, cachant des images, des sons et des arômes d’une autre époque, qui vous sont brièvement révélés, avant que l’air frais et montagneux ne s’éloigne. Un endroit qui transforme les simples plaisirs quotidiens, en expériences uniques que vous souhaitez revivre.

Forêt de châtaigniers

La forêt de châtaigniers d’Abeliona est une des plus grandes et des plus anciennes forêts de châtaigniers du Péloponnèse. Le randonneur marche sous les châtaigniers vivaces. Les plus vieux d’entre eux, vieux de plusieurs siècles, sont impressionnants par leurs énormes bûches et leur vitalité persistante. La forêt de châtaigniers, très importante pour la vie des villageois, est également un biotope important avec de nombreuses espèces végétales rares.
La forêt avec sa végétation dense invite le visiteur à quitter le chemin pour l’explorer. N’essayez pas, sauf si vous êtes accompagnés par une personne locale qui connaît la région.  Après la zone des châtaigniers, le chemin traverse la zone des chênes. Les chênes centenaires, les aires de battage, les vieux champs aux pierres sèches, la lumière merveilleuse et les cloches sonnant d’un troupeau de moutons et de chèvres donnent à l’endroit la rugosité calme qui caractérise le soi-disant paysage arcadien. L’endroit offre au visiteur un charme irrésistible – le plus proche de l’utopie romantique d’Arcadie heureuse.

Temple d’Apollon Épikourios

C’est le chef-d’œuvre d’Iktinos. Aujourd’hui, il est couvert par un vélum spécifiquement conçu pour résister à la pression du vent et aux charges de neige. Le temple sera couvert pour se protéger contre les conditions météorologiques extrêmes tant que les travaux de restauration sont en cours. Fait de calcaire local, le temple s’intègre dans le paysage imposant qui l’entoure, malgré que le vélum détruit partiellement cette sensation. Le temple était réputé dans l’Antiquité pour sa beauté, pour ses vertus architecturales, et aussi pour le lieu magique où les Phyghaliens ont choisi de le construire. La décoration sculpturale en marbre, avec des scènes de Centaures et d’Amazones, est considérée comme travail du sculpteur Paionius. Aujourd’hui, il est exposé au British Museum. Les copies en plâtre des 23 plaques de marbre peuvent être admirées dans la bibliothèque d’Andritsaina.